Facebook Twitter Google Plus Linkedin email

Maître-chien d'avalanche

Les prochaines dates :

 

L'activité maître-chien d'avalanche n'est pas un métier, dans le sens où il n'est pas possible d'en vivre. Il s'agit d'une spécialisation d'un métier de la montagne (voir plus bas : personnes concernées).
Le maître-chien d'avalanche intervient dans le cadre du plan départemental du secours en montagne pour localiser les victimes d'une avalanche totalement enfouie sous la neige. Sa disponibilité doit être totale pour pourvoir se rendre immédiatement sur les lieux d'une avalanche (le plus souvent en hélicoptère mais aussi à ski).

Pour cette raison, il tient régulièrement son tour de permanence.
Si le plaisir de sauver une vie est immense, les contraintes qui permettent de pouvoir le faire sont elles aussi importantes. Le maître doit être constamment à l'écoute de son chien et entretenir avec lui d'excellentes relations. Ceci implique de lui consacrer beaucoup de temps, de façon quotidienne, tout au long de l'année et pas seulement en hiver.

Le maître-chien d'avalanche est avant tout un montagnard, passionné par son chien !
Il existe en France environ 140 équipes cynotechniques spécialisées pour la recherche de victimes d'avalanches. 

Personnes concernées
Cette formation s'adresse à des professionnels de la montagne résidant, sauf cas particuliers, en montagne, à proximité des lieux sur lesquels ils peuvent être amenés à intervenir. Ils possèdent déjà une solide connaissance et pratique de la montagne.

La maîtrise du ski doit être parfaite, en toute neige, tant à la montée (avec des peaux de phoques) qu'à la descente. Il faut être capable de se déplacer en montagne enneigée de façon autonome et en toute sécurité.

Il s'agit principalement de pisteurs-secouristes, mais aussi de personnels des remontées mécaniques ou des communes de montagne, de moniteurs de ski, de gardiens de refuge et de sapeurs-pompiers dans les départements alpins et pyrénéens.

Conditions d'admission
Ce stage est réservé aux adhérents de l'ANENA à jour de leur cotisation , pour les personnes physiques telles que les stagiaires qui viennent à titre individuel et pour les personnes morales, telles que les sociétés qui envoient leur personnel en formation.

Le maître doit être titulaire du PSE1-PSE2, avoir suivi la pré-formation et s'engager à prendre des permanences.

Le chien (seuls les mâles sont admis) doit être âgé, au début du stage, de 1 à 4 ans, à jour de vaccination, tatoué et reconnu en bonne condition physique. Le vétérinaire aura aussi vérifié que ses chances de longévité opérationnelle (en particulier vis-à-vis de la dysplasie) sont bonnes (jusqu'à l'age de dix ans environ).

L'acceptation de la candidature est subordonnée aux 4 avis favorables des autorités compétentes suivantes : service interministériel de défense et de protection civile de la préfecture, employeur, vétérinaire et moniteur(s) national(ux) du département où sera exercée l'activité.

Préformation :

En particulier, l'avis du moniteur implique la participation obligatoire à cinq séances de pré-formation.
Pendant ces séances, le moniteur vérifie les aptitudes de l'équipe homme-chien à travailler dans des conditions difficiles. Il commence également la formation de base (obéissance, relations entre le maître et son chien, sociabilisation du chien). Il est également très fortement conseillé de commencer cette pré-formation dès l'hiver précédent, lors des entraînements hivernaux organisés sous l'égide des préfectures.